OPÉRA - AMADEUS

FR
NL
EN
Le récital du 8 juillet change d'équipe!
Aller au contenu

Menu principal :

Amadeus & Co et Ars Lyrica présentent

  LE NOZZE DI FIGARO     
Opera buffa in quatro atti de Wolfgang Amadeus Mozart & Lorenzo Da Ponte

le 3, 5, 7 et 9 juillet 2016 au Théâtre Royal du Parc

Avec Shadi Torbey, Cécile Lastchenko, Laurent Kubla, Laura Telly Cambier, Pauline Claes, Gianna Cañete Gallo, John Manning, 
Jean­-Michel Van Oosten, Christine Schmidt, Keith Tillotson et Yu-Hsiang Hsieh.

Direction musicale : David Miller
Mise en scène : Eric Gobin

En partenariat avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie et le Théâtre Royal du Parc.

Tickets : 70 €  50 €  30 €  15 €  |  Festival Pass : 100 €
LA DISTRIBUTION
 
L’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie

L'Orchestre royal de chambre de Wallonie est le plus ancien orchestre de chambre belge. Fondé en 1958 sous le nom Les Solistes de Bruxelles par la violoniste Lola Bobesco, l'Orchestre royal de Chambre de Wallonie a ensuite été confié à la direction de violonistes-chefs tels que Philippe Hirschhorn, Jean-Pierre Wallez, Georges Octors et Augustin Dumay. En janvier 2014 le pianiste Frank Braley a été nommé directeur artistique de l’ORCW.

L’orchestre, devenu complice régulier du Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique lors des demi-finales, accompagne des solistes, instrumentistes ou chanteurs réputés, dont José Van Dam, Mstislav Rostropovitch, Mischa Maïsky, Arthur Grumiaux, Jean-Pierre Rampal, Paul Tortelier, Jean-Pierre Wallez, Philippe Hirschhorn, Janos Starker, Aldo Ciccolini, Maria João Pires et Frank Braley. 

Outre ses nombreuses prestations en Belgique, notamment en Région wallonne – en particulier à Mons où il a établi sa résidence – et à Bruxelles (BOZAR), l'ensemble se produit dans des salles renommées et dans le cadre de festivals réputés comme le Concertgebouw d’Amsterdam, le Théâtre des Champs-Élysées à Paris, la Folle Journée de Nantes, le Festival de Menton, ainsi que dans diverses capitales culturelles telles Lisbonne, Bilbao, Tokyo et Pékin.
LE NOZZE DI FIGARO (1786)
Voilà l’un des opéras les plus miraculeux du répertoire, peut-être même le plus parfait jamais écrit. Le génie de Mozart irradie la verve de son librettiste Lorenzo Da Ponte, qui a gratté le sulfureux Mariage de Figaro de Beaumarchais pour en exalter la part la plus humaine. 

L’action se passe près de Séville, au Château Almaviva, à la fin du XVIIIe siècle. Figaro et Suzanne, respectivement valet et camériste du Comte et de la Comtesse Almaviva, préparent leurs noces. Mais leur joie risque d’être ternie par les audaces du Comte, prêt à tout pour séduire la future mariée. Aidés de la Comtesse, elle-même délaissée par son époux volage, Figaro et Suzanne devront faire preuve d’imagination pour déjouer les pièges d’Almaviva, éviter les chausses trapes sournoises de Marceline, Bartholo, Basile et autres, et utiliser au mieux les maladresses de Chérubin, jeune page enflammé. Rythmée par d’incroyables quiproquos, qui glissent en clin d’œil vers d’indicibles instants de mélancolie, la Folle Journée verra s’abattre les masques un à un et mettre à nu la vérité des cœurs.

C’est Mozart le véritable dramaturge de ces Noces, glissant, dans une narration lumineuse, des airs qui se transforment en duos, des duos en trios, des trios en tutti, avec une invention mélodique vertigineuse, toujours jaillissante et renouvelée. Un opéra rythmé par la grâce, profond comme la vie, universel comme sait l’être Mozart.
LE THÉÂTRE ROYAL DU PARC (1782)
Couverte de feuilles d’or et de velours rouge, cette « boîte à bijoux » de style Louis XVI offre jusqu’à 500 places. La proximité de la scène vous offrira une occasion rare de vibrer avec les œuvres et les artistes. En réalité, vous serez si proches de la scène que vous serez en mesure de voir l’expression la plus subtile du visage et entendre la plus douce nuance du chant. Cette intimité nous aidera à rendre l’opéra accessible à tous nos visiteurs, novices ou connaisseurs.

Conçu pour l’art lyrique, le Théâtre du Parc fut construit selon les plans de l’architecte Louis-Joseph Montoyer, l’un des créateurs du quartier royal tel qu’on peut le découvrir encore aujourd’hui. Entièrement restauré en 2000, le théâtre est une des rares salles bruxelloises offrant encore une fosse d’orchestre. 

En 1986, le théâtre a renoué brièvement avec son passé lyrique, le temps d’accueillir la fameuse production de La finta giardiniera de Mozart présentée par La Monnaie. Pourtant dans les années 1860, l’opéra-comique et l’opérette étaient parmi les spécialités de la maison. Jacques Offenbach lui-même honora le théâtre de fréquentes visites avec sa troupe des « Bouffes Parisiens » pour y présenter ses œuvres.

En face du parlement belge et à proximité du Palais Royal - à mi-chemin entre le quartier européen et la Grand-Place - le Théâtre du Parc est l’endroit rêvé pour un festival d’été. Un pique-nique suivi d’une balade dans le parc de Bruxelles ? La plus grande collection au monde d’œuvres d’art du surréaliste belge René Magritte ? Une promenade souterraine dans le palais médiéval où vécu l’Empereur Charles-Quint ? Une terrasse panoramique offrant une vue imprenable sur la ville ? Tout cela et plus encore se trouve au coin de la rue.



 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu